Avr 19

Terrain synthétique Jean Charter

Dès après l’émission de France 2, nous avons écrit au Maire :

 » Le jeudi 22 février l’émission « Envoyé spécial » de France 2 laisse entendre que les terrains de sport en gazon synthétique pouvaient être dangereux. Suite à cette information, l’inquiétude et l’interrogation des utilisateurs nous semblent légitimes.

Afin d’y répondre, les ministères concernés ont saisi l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire, de l’environnement et du travail (ANSES) au sujet des éventuels risques liés à l’utilisation des granulats de caoutchouc recyclés.

Si les études publiées à ce jour semblent montrer des concentrations bien inférieures au seuil de dangerosité établi par les autorités françaises et européennes, il n’en reste pas moins nécessaire que le Maire communique sur ce point en direction notamment des utilisateurs et parents d’enfants exerçant leurs activités sportives sur ce terrain. »

Le Maire Michaël Quernez nous a répondu le 16 mars et le Conseil municipal du 4 avril a abordé ce point suite à notre démarche.

Aujourd’hui, 19 avril, l’édition du Ouest-France  en fait état :

Avr 16

Emmanuel Macron veut une réforme des valeurs locatives. Danger !

Dans un entretien diffusé sur BFM-TV hier soir, le président de la République s’est expliqué sur de nombreux aspects de sa politique présente et à venir. Il a promis que les valeurs locatives allaient être « modernisées » et qu’il n’y aurait pas de nouvel impôt local pendant son quinquennat – confirmant au passage sa volonté de supprimer totalement la taxe d’habitation avant la fin de son mandat. Sans dire encore clairement par quelle ressource nouvelle cette taxe serait remplacée.

Pas d’impôt nouveau, mais  des valeurs locatives modifiées : un risque d’augmentation de la taxe foncière. A voir !

La question a été ainsi posée au président de la République : « La taxe foncière sera-t-elle modifiée et va-t-elle devenir progressive en fonction de la valeur du bien ? » Réponse d’Emmanuel Macron : « La taxe foncière a des règles qui sont liées à des valeurs locatives, qui sont d’ailleurs obsolètes et doivent être modernisées. Aujourd’hui, elles sont censées représenter la valeur du bien. Vous avez ensuite un taux qui est fixé par les collectivités territoriales. Aujourd’hui, nous devons refondre en profondeur notre fiscalité locale. » Cette réforme de la taxe d’habitation, a expliqué le président, « nous la faisons pour les villes moyennes et les petites villes, car ce n’est pas dans les grandes villes qu’elle est la plus élevée ».

Le gouvernement souhaite maintenant, « dans le cadre d’un dialogue avec les collectivités » et suite au rapport parlementaire qui doit bientôt être rendu sur ce sujet, « recomposer la fiscalité locale pour la répartir entre les communes, les départements et les régions.

Il n’y aura aucune augmentation de la fiscalité locale, il y aura une baisse », a martelé Emmanuel Macron. A vérifier !

Interrogé sur le fait de savoir si « une partie de l’impôt sur la fortune immobilière pourrait aller aux collectivités », le président a répondu que cette hypothèse était « sur la table », avec d’autres. « Mettre la fiscalité foncière au niveau des communes n’est pas forcément injuste, mais cela créera un problème aux départements. Il faudra donc le compenser, sans doute par un transfert de fiscalité de l’État. Il y aura une substitution, c’est-à-dire que l’on donnera à une collectivité un bout d’impôt national. Il y aura une recomposition entre collectivités. Mais je veux être clair : il n’y aura pas de création de nouvel impôt ni local ni national. »

Sur la taxe d’habitation, Emmanuel Macron a confirmé ce qu’il avait dit au Congrès de l’AMF en novembre dernier. Si d’une part, il y aura bien suppression de la taxe d’habitation pour 80 % des Français en trois tranches (2018, 2019 et 2020) – ce qui représente un « investissement » de l’État de 10 milliards d’euros – le président veut aller « plus loin » pour « ne pas laisser 20 % de la population payer cette taxe d’habitation ».

Les Ehpad, il en parle, mais ne donne aucune solution pour les conditions de travail du personnel !

Parmi les autres sujets abordés, celui de la grande détresse des Ehpad et le financement de la dépendance. Emmanuel Macron a été interrogé sur la possibilité de créer une deuxième « journée de solidarité », à l’instar de celle qui existe pour le lundi de Pentecôte, comme cela a été évoqué la semaine dernière par la ministre de la Santé, Agnès Buzyn. Rien n’est semble-t-il arrêté, mais le président a confirmé que l’idée (« une piste intéressante, je ne suis pas contre ») était à l’étude. En tout état de cause, Emmanuel Macron s’est « engagé » à « financer le risque dépendance », qu’il a estimé à 30 milliards d’euros par an. « Il va falloir construire un financement pérenne, et nous irons chercher l’argent pour le faire », a-t-il indiqué. Il n’a en revanche pas répondu à la question de savoir s’il fallait créer une cinquième branche de la Sécurité sociale sur la dépendance, en plus des quatre risques couverts aujourd’hui (maladie, famille, accidents du travail et retraite).

Foulard ! çà dépend !

Sur un tout autre sujet qui peut concerner les collectivités, dans le cadre des sorties scolaires, le président de la République est revenu sur les déclarations de son ministre de l’Éducation nationale : celui-ci avait déclaré qu’il était opposé à ce qu’une mère de famille qui accompagne une sortie scolaire puisse porter un voile, puisque la position d’accompagnatrice faisait d’elle « un collaborateur bénévole du service public ». C’est une « conviction personnelle » du ministre, a estimé Emmanuel Macron qui, pour autant, a donné une interprétation guère éloignée de celle de Jean-Michel Blanquer : « Si [ces mères] sont en responsabilité pour l’école, elles n’ont pas à porter le foulard parce qu’elles sont sous la laïcité de l’État, si elles sont en fonctionnaires, en quasi-fonctionnaires ou en collaborateurs occasionnelles du service public, elles ne peuvent pas porter le foulard. Si elles sont dans un cadre qui est à côté de cela, elles sont citoyennes, elles ont leur identité, elles sont là et la société, elle, n’est pas laïque et leur permet d’avoir le voile. » Emmanuel Macron a en revanche écarté formellement une loi qui « interdise de porter le voile dans la rue ».

Source : AMF

Avr 12

Office de Tourisme Quimperlé Terre Océane

Retrouvez les idées de sorties pour la semaine du 13 au 20 avril 2018, en Pays de Quimperlé. Retrouvez également toutes les informations actualisées sur le site www.quimperle-terreoceane.com ! Bon visionnage !