Hôpital. Michèle Le Coz ne vendra plus de journaux


Voilà ce que j’ai dénoncé au nom de l’opposition lors du dernier Conseil municipal. Il convient aussi de rappeler que le Maire de Quimperlé Michaël Quernez a reçu Michèle Le Coz le 2 octobre dernier. Mais rien n’a été fait au nom de la défense très légitime de cette Quimperloise. Rien ! Quel gâchis.

Alain Kerhervé

Voir ICI


© Le Télégramme https://www.letelegramme.fr/finistere/quimperle/hopital-michele-le-coz-ne-vendra-plus-de-journaux-26-12-2018-12171829.php#YGisXmzu4DVogeXG.99

Michèle Le Coz ne tiendra plus le kiosque de journaux de l’hôpital de Quimperlé au 1er janvier. (Cyril Bottollier-Lemallaz/Le Télégramme) © Le Télégramme

La commerçante établie dans le hall d’accueil de l’hôpital de Quimperlé ne tiendra plus le kiosque de journaux dès le 1er janvier. Elle se contentera de louer des télévisions aux patients.

Michèle Le Coz est agacée. La gérante du kiosque de l’hôpital de Quimperlé attend toujours sa convention qui doit être signée avant le 31 décembre. « Je suis ici depuis 31 ans, je m’occupe du kiosque à journaux, du parc de distributeurs automatiques et des télévisions dans les chambres ». Et après la fusion des hôpitaux avec le GHBS, un appel d’offres a été lancé pour reprendre ses activités, « sans que je le sache », proteste-t-elle.

« Violente et méprisante »

Cet appel d’offres concerne le point presse avec la vente des friandises et les distributeurs de boissons. « L’hôpital a voulu garder la gestion des télévisions pour lui », estime la commerçante. Problème : les télévisions appartiennent à Michèle Le Coz et la numérisation des appareils ne peut pas se faire dans l’établissement public de santé. L’hôpital lui a alors proposé une nouvelle convention ne portant que sur les télévisions, et elle doit se contenter du local de la photocopieuse pour les gérer. « La façon de faire de l’hôpital est violente et très méprisante : ils disent que c’est moi qui aurais dû chercher un appel d’offres me concernant ».

Michèle Le Coz employait une salariée. « J’ai dû m’en séparer en lui proposant une rupture de contrat avec des indemnités de licenciement », explique la commerçante qui va réduire son activité. Les sociétés Mediance, filiale de Compass Group, et Atlantic Da ont obtenu les deux lots proposés sur le kiosque de presse et les distributeurs automatiques pour 538 785 €. Dans une lettre de réponse à la dénonciation de la convention par le GHBS, la commerçante met en cause le fait qu’elle n’est pas mise au courant du prix pour l’attribution des lots, estimant que « si mise en concurrence il y a, j’en suis de facto exclue ».

« Les malades sont inquiets »

Le groupe Compass a publié une offre d’emploi de vendeur polyvalent pour deux cafétérias, aux hôpitaux de Lorient et de Quimperlé. L’élu d’opposition quimperloise Alain Kerhervé a plaidé sa cause lors du dernier conseil municipal : « ce groupe repreneur fait paraître en même temps une offre d’emploi pour tenir ce commerce, sans même le lui proposer », ce que confirme l’intéressée.

« Les malades sont inquiets » exprime la commerçante. Elle apporte tous les matins les journaux aux patients, dans leur chambre. « Ils n’en auront plus dès le 1er janvier », se désole-t-elle.

L’hôpital a été contacté mais personne ne peut répondre avant janvier 2019.

 

(3 commentaires)

    • corsaire on 27/12/2018 at 10 h 46 min
    • Répondre

    Nous connaissons bien le groupe britannique Compass qui gère les boutiques et cafétérias dans les hôpitaux. Une politique basé sur le profit, les produits culturels disparaissent pour d’autres plus rentables. Il serait souhaitable de pouvoir lire la convention (document public) pour en informer les Quimperlois. Au delà de l’éviction de Mme Michèle Le Coz, c’est que des services publics (l’hôpital de Quimperlé) avec le concours d’élus (Michaël Quernez Maire de Quimperlé) acceptent ce qui est inacceptable : moins de services pour plus de profits. — Monsieur le Maire, l’esprit de Jaurès se rappelle à vous —

    Le XXe siècle a connu deux drames, la boucherie de 14-18, la Seconde Guerre mondiale avec la Shoah, il n’est plus possible aujourd’hui de se comporter comme cela, sans humanité !

  1. Triste de voir un tel comportement. Ces personnes qui décident sont-elles conscientes et dorment -elles la nuit?

    • ricquebourg on 27/12/2018 at 10 h 29 min
    • Répondre

    ça porte plusieurs noms; concertation, respect,etc … mots dont le sens est inconnu désormais !

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.