La RATP se modernise !

« Les usagers ont vraiment tous rigolé » : quand un groupe d’amis mange une raclette dans le métro parisien. Fromage, charcuterie, verres de vin, nappe à pois… Pour faire rire les voyageurs, les convives ont mis les petits plats dans les grands.

En montant dans le métro parisien, mardi 15 mai, les usagers de la RATP ont assisté à un étonnant spectacle : confortablement installés autour d’une table installée dans la rame de la ligne 5, quatre amis ont profité du voyage pour déguster une raclette. Fromage, charcuterie, verres de vin, nappe à pois… Pour faire rire les voyageurs, les convives ont mis les petits plats dans les grands.

Derrière cette vidéo, se cache Thomas, ingénieur de 24 ans et « réalisateur de vidéos humoristiques » sur son temps libre. « J’ai déjà fait plusieurs vidéos dans le métro parisien, notamment une où je danse le rock et une où je me fais couper les cheveux dans un wagon », explique-t-il à France info. L’idée derrière ces séquences légères est simple : « Je fais ça pour faire rire les gens, tout simplement. « Et cela semble fonctionner : Pendant qu’on mangeait notre raclette, les usagers ont vraiment tous rigolé. On n’a pas arrêté de nous filmer ou de nous prendre en photo. J’ai même proposé du saucisson à une fille, qui a accepté et s’est mise à manger avec nous.

« On est monté au début de la ligne pour être surs d’avoir de la place »

Ce tournage a demandé une certaine organisation. « Au niveau de la logistique, j’avais tout prévu : une table avec des tréteaux, une nappe, de la vaisselle et un petit appareil à raclette, qui fonctionne avec une bougie. Avec mes trois amis, que j’ai sollicités pour l’occasion, on est monté au tout début de la ligne pour être sûr d’avoir la place de nous installer. »

Comment la RATP a-t-elle reçu l’initiative ? « Au début, un membre du service de sécurité de la RATP est venu nous demander ce qu’on faisait. En fait, il voulait seulement vérifier qu’on n’avait pas de bougie. Heureusement, à ce moment-là, on ne l’avait pas encore allumée », raconte Thomas, d’un ton rieur.

Finalement, tout le monde a été très sympa avec nous. Le chauffeur du métro est même venu nous voir à la fin du trajet pour une photo. Il voulait une photo pour la montrer à sa femme, parce que sinon elle n’allait jamais le croire.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.