Pays de Quimperlé. Bus TBK: la droite et le centre très critiques

  • par Vincent THAËRON. (Oust-France du 14 décembre 2016)
De gauche à droite, Roger Géronimi, Christine Favennec et Christophe Lescoat. C’était la semaine dernière, lors d’un point-presse au Médiéval.

De gauche à droite, Roger Géronimi, Christine Favennec et Christophe Lescoat. C’était la semaine dernière, lors d’un point-presse au Médiéval. | Ouest-France

Une nouvelle fois, les membres de 3R (Rassemblement pour un renouveau républicain) montent au créneau pour dénoncer la gestion du réseau de bus du Pays de Quimperlé. Ils parlent même de dérive financière.

« TBK, ce sont des bus vides et des voyageurs fantômes. Et je sais analyser les chiffres, surtout quand on ne me les donne pas. » Élu d’opposition à Mellac, membre de 3R (Rassemblement pour un renouveau républicain) et référent sur les questions de transports, Roger Géronimi ne mâche pas ses mots.

La semaine passée, les oreilles de Denez Duigou, vice-président de Quimperlé communauté en charge des questions de déplacements et élu de Clohars-Carnoët, ont dû siffler… Et ce, lors d’une conférence de presse, organisée par 3R. « J’ai étudié le dossier de faisabilité. Au départ, il y a une erreur d’analyse dans le projet. On part d’une ville-centre de 24 000 habitants. A l’époque, il y a quatre ans, Quimperlé en comptait 12 000. »

« Gabegie et mensonges »

Pourquoi, dès lors, ne pas avoir demandé une autre étude ? « Parce qu’il y a une persistance à nier l’évidence et une incapacité et une non-volonté d’agir », poursuit Roger Géronimi.« Gabegie, mensonges. Cela suffit. Il s’agit d’argent public. Tout cela a été mis en place par MM. Quernez, Morvan et Miossec (présidents successifs de la structure intercommunale). Nous dénonçons la dérive financière qui s’est accentuée en 2015. »

Tout comme Christine Favennec, présidente de 3R, et Christophe Lescoat, membre de cette structure qui représente la droite et le centre du Pays de Quimperlé, Roger Géronimi fustige « des buts roulant à vide, un surdimensionnement du réseau et une désaffection du réseau local. »

Selon l’ex-cadre dirigeant du groupe Carrefour aujourd’hui en retraite, dossiers et audits à l’appui, « le nombre de voyage a diminué, n’en déplaise à Quimperlé communauté, qui claironne le contraire. Le réseau TBK, prévu initialement pour recevoir 1 800 voyageurs par jour, n’en accueille, en moyenne, que 297. Ce réseau est trop grand et mal adapté. Il ne répond pas aux besoins de la population. »

Entre 2012 et 2015, le coût de TBK est « passé de 3,9 à près de 4,3 millions d’euros. Soit une augmentation de 9 % en trois ans, financée, en grande partie, par les impôts des ménages. »

« Traitement de choc »

Autres chiffres : « TBK coûte par habitant de Quimperlé communauté, qu’il prenne ou pas le bus, la somme de 79,50 €. Soit 318 € par an pour une famille de quatre personnes, qui devra en plus payer les cartes scolaires, si les deux enfants utilisent TBK. »

Au titre de la taxe « versement transport », les entreprises de 11 salariés et plus sont « mises à contribution, à hauteur de 370 000 €. Le seul hôpital de Quimperlé versera, à ce titre en 2017, la coquette somme de 250 000 €. Quand on connaît les difficultés financières l’hôpital… »

Et l’élu mellacois d’en rajouter une couche : « Tout cela, alors que les dépôts de bilan et les fermetures de sites se succèdent sur notre territoire. »

Alors que faire ? 3R préconise un « traitement de choc nécessaire. Il faut réagir promptement pour enrayer cette hémorragie financière, en réduisant la charge de fonctionnement d’un million d’euros. »

Pour cela, il faut « repenser les différents services en fonction des réels besoins des usagers. » Notamment tout le transport hors scolaire, qui lui, fonctionne très bien et correspond à la demande et aux besoins. Ce sont les liaisons dans Quimperlé et entre Quimperlé et les communes aux alentours qui sont dans le collimateur de 3R.

Cette refonte générerait automatiquement des économies et permettrait, selon Roger Géronimi de« supprimer le reste à charge de Quimperlé communauté : 317 000 € pour 2017 ; de supprimer la taxe transport de 250 000 € de l’hôpital ; de baisser le taxe TBK de 0,15% et en la ramenant à 0,65% sur les entreprises de plus de onze salariés. »Mais surtout, au moment du « renouvellement du contrat, en 2020, il ne faudra pas commettre les mêmes erreurs que lors de la période 2011-2019. »

« Avec des réserves »

Au dernier Conseil municipal, alors que sont évoquées les conditions dans lesquelles a été rénovée la place Charles de Gaulle, Michaël Quernez a critiqué cette réhabilitation entreprise par Alain Pennec et son équipe.

La très grande majorité des Quimperloises et Quimperlois, mais aussi les habitants des communes limitrophes ont pourtant salué cette nouvelle place et ils l’apprécient : belle, pratique, multifonctionnelle, largement utilisée pour diverses manifestations dans la ville-centre. Citons le marché de Noël, le Combat des Chefs (Cette année on n’y a pas vu le Maire ! Trop occupé par ailleurs ?), fête de l’eau…

Michaël Quernez critique cette place, mais il a voté les différentes phases de sa mise en œuvre…mais « avec des réserves » se dédouane-t-il… une fois de plus.

Car ce n’est pas la première fois.

Le Plan Local d’Urbanisme (PLU pour les initiés !), il y a participé, lui et son équipe d’opposition. Le PLU de Quimperlé (remplaçant le POS) a fait l’objet de plusieurs années de travail pendant lesquels jamais l’opposition d’alors n’a été exclue des travaux… Puis au terme de ce travail important puisqu’il trace et détermine le Quimperlé des prochaines 10 à 15 années, Michaël Quernez a voté le PLU. Aujourd’hui, afin d’avoir une approche de ce sujet à « géométrie variable en fonction du vent », il affirme qu’il l’a voté … « avec des réserves ».

C’en est de même avec le pacte fiscal et financier de Quimperlé Communauté. Vous savez, ce fameux pacte qui a créé un nouvel impôt foncier que chaque propriétaire a pu découvrir sur sa feuille de Taxe foncière en septembre dernier* ! Michaël Quernez l’a voté ; mais face aux critiques que j’ai avancées sur ce texte lors du Conseil municipal du 23 mars dernier (Les élus d’opposition** ont rejeté ce pacte lors du vote définitif, et ceci sans réserve), il annonce maintenant qu’il l’a voté « avec des réserves ».

C’est ainsi qu’il affirme toujours avoir raison !
Mais dans ce cas, c’est « sans réserve ».

AK 

Alain Kerhervé

Conseiller municipal


* … avec les 7,8% d’augmentation de la part départementale qu’il a voté en tant que 1er Vice-président du Conseil départemental… avec des réserves ? Posez-lui la question !

** Serge Nilly, Soazig Cordroc’h et moi-même (Marc Duhamel avait pris position contre avant d’arriver au Conseil municipal cet été).


 

TBK : acte 2 « Les voyageurs fantômes »

Depuis plusieurs années, nous dénonçons les coûts exorbitants de l’exploitation de TBK. Trop cher, mal utilisé. Et pourtant, la meilleure défense du service public est bien de démontrer son utilité et sa bonne gestion. Il est temps de réagir car ce sont des fonds publics, nos impôts. Je vous invite à regarder le diaporama ci-après que vient de publier notre association 3R : Rassemblement pour un Renouveau Républicain du Pays de Quimperlé

 

 


Vous pouvez également le lire en format PDF

TBK Acte II- Les passagers fantomes-V00gPDF