«

»

Oct 05

Pays de Quimperlé. L’association « Chats sans toi » est de mauvais poil

Brigitte Kerhervé, chez elle, dans ce qui était son bureau. C’est une nursery pour les chats. Sur la photo, elle se trouve en compagnie de Naé, Nouk et Bébé Plume | Ouest-France

Article paru dans le Ouest-France du 04 octobre 2017, par Jean-Marc PINSON.

 

Des cadavres de chats découverts récemment dans une cave, à Quimperlé, provoquent la colère des défenseurs des animaux. Et notamment des responsables de l’association Chats sans toi.

Photos à l’appui, Brigitte Kerhervé, à la tête de l’association Chats sans toi, est dégoûtée. Sur les images, des restes de félins, des os, des animaux en putréfaction.

Comme on dit, cela se passe près de chez nous. Et c’est ici, à Quimperlé, dans une cave.

Sacs-poubelles transparents

L’association Chats sans toi a été créée en 2014 pour venir en aide aux chats errants, les stériliser pour lutter contre la prolifération, sensibiliser la population.

Le cas des chats morts pose aussi un « problème de salubrité publique », souligne Brigitte Kerhervé, responsable de l’association. « Même si les maladies ne sont pas transmissibles à l’homme, elles le sont pour les autres bêtes. »

Ce n’est hélas pas la première fois que des cas de maltraitance se déroulent sous nos yeux. La découverte de cadavres non plus. À tel point que l’association préconise même la généralisation de sacs-poubelles transparents pour les agents puissent signaler rapidement la présence d’animaux !

« Que toutes les communes fassent des efforts ! »

Brigitte et une poignée de bénévoles sont appelées sur tout le territoire des seize communes du pays de Quimperlé : « Nous n’avons jamais eu autant d’abandons que cet été », se désole Brigitte. L’association gère actuellement une vingtaine de chats. Prêts à être adoptés. Ils sont tous identifiés, pucés, tatoués, vaccinés et testés à certaines maladies.

L’espérance de vie d’un chat stérilisé est de 14 à 18 ans, soit deux fois plus qu’un chat qui ne l’est pas

L’association fonctionne avec des dons, des vide-greniers. Quimperlé verse une subvention de 400 €. « Cela correspond à trois ou quatre stérilisations de chats. » Et encore, en sachant que l’association bénéficie de tarifs négociés auprès d’un vétérinaire partenaire. « Sur une année, les frais de vétérinaire s’élèvent entre 15 et 17 000 €. »

Brigitte Kerhervé souhaiterait « que toutes les communes fassent un effort ».

Et pourquoi pas un refuge à l’échelle communautaire ? « Nous allons faire bouger les maires », assure Brigitte Kerhervé qui ne compte pas son temps. « L’autre soir, j’ai eu un coup de téléphone à 23 h 30 pour un chat mourant sur un parking. »

Samedi 14 octobre, de 9 h 30 à 18 h, l’association Chats sans toi organise une journée adoption au magasin Brico Leclerc, à Quimperlé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>