Quimperlé. Halles : plutôt gourmandes, conviviales et festives

Source Ouest-France

Ce sont les trois points forts qui ressortent et font consensus, après la réunion publique tenue mercredi 20 mars au Présidial, en présence du cabinet Lestoux & Associés.

Lieu d’expériences

Trois axes de réflexion ont guidé les bases du projet autour des futures halles de la place Hervo : des halles réaménagées, des halles étendues, des halles consacrées au terroir et à la culture. David Lestoux, en charge de l’étude avec son cabinet Lestoux & Associés, les décrit aussi comme « un

 lieu expérienciel » qui devra porter l’idée : « il se passe toujours quelque chose aux Halles ». Un des quatre projets imaginés, qui conserve la structure de bâtiment, a l’assentiment de Quimperlé communauté et de la Ville. Il profite aussi d’un regard bienveillant de l’architecte des Bâtiment de France.

Terroir et culture

Ce sont les thèmes qui sont largement ressortis des premières réunions publiques, avec les commerçants et les habitants. Produits du terroir mis en valeur et animations culturelles permettront d’ouvrir les Halles plus longtemps dans la journée. Avec un fil rouge : le matin, on vend ; le midi, on mange ; l’après-midi on se divertit.

Des commerces basiques

Dans les Halles rénovées, l’offre permanente de produits du terroir serait proposée par 4 à 5 commerces. Avec, aussi, une possibilité de prêt à consommer et une offre éphémère par jour. Les Halles s’ouvriraient sur la place Hervo car chaque stand commercial y aurait un espace de vente tourné vers l’intérieur et l’extérieur. À Atto Dossena, ancien président des commerçants de Quimperlé qui s’informe sur les futurs loyers, seule une estimation de 8 à 12 € le m² hors charges a été donnée, pour la « case commerçants »aux Halles.

Offre culturelle

« Il faut autre chose que du commerce. » C’est, avec le manger-debout, la tendance actuelle. L’offre culturelle avec mini-concerts, prêts de livres, animations pour seniors ou juniors trouverait sa place dans les Halles, en après-midi.

Place Hervo

Les futures Halles doivent être en lien avec la place Hervo et la rue de la Paix. Les futures offres doivent être compatibles avec les commerces existants. Pour que l’ensemble soit convivial, la rue de la Paix deviendrait zone de rencontre et les voitures, hormis pour les livraisons, seraient indésirables sur la place. La place est vouée à une autre mutation avec la destruction-reconstruction de l’immeuble Sport-des-Îles et la réhabilitation de celui de la Vieille Bretagne, où logements sociaux et activités commerciales sont programmés.

Un projet sur dix ans

« C’est un projet sur dix ans » qui doit améliorer l’identité du quartier grâce à la gourmandise, la convivialité et les animations. Les futures Halles doivent être confortables, bien indiquées.

Du monde en ville

Élu de l’opposition quimperloise, Alain Kerhervé ouvre le débat… Avec le futur« déménagement » du conservatoire de musique et danse de la basse vers la haute ville. Pour lui, cela signifie, une baisse du flux de population et donc une baisse probable de la fréquentation des Halles. Si certains dans la salle, regrettent ce déplacement, d’autres répliquent que « ce n’est pas le sujet de la réunion ». Le conservatoire de musique attire quelque 200 à 300 élèves déposés rue Brémond-d’Arz, en voiture par leurs parents. En face des Halles, l’abbatiale Sainte-Croix, compte, elle, 70 000 visiteurs chaque année.

Logements sociaux

Quant aux logements sociaux, Alain Kerhervé toujours, regrette un bail longue durée de 70 ans que la Ville propose à l’Opac, aménageur social, pour les deux immeubles de la place Hervo qui doivent à terme proposer six logements. Pas assez pour ramener « du monde en ville » . Au-delà des Halles, c’est la problématique du cœur de la basse ville qui s’invite à la réunion.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.