Réduire l’absentéisme dans les collectivités

maladie4

Absentéisme : il faut agir !

Je n’approuve pas la mise à l’index des fonctionnaires, notamment ceux des collectivités territoriales. C’est une façon démagogique, politicienne et électoraliste d’aborder un problème sérieux : le niveau de la dépense publique.

La France, comme toute nation digne de ce nom, a un État dont la mission essentielle est d’assurer la défense des intérêts légitimes de notre pays et la sécurité de tous sur notre territoire ou au-delà de nos propres frontières, d’éduquer nos enfants afin de leur ouvrir des perspectives professionnelles gratifiantes, de garantir l’accès à la santé indifféremment de la place que chacun occupe dans notre société… Mettre à l’index les fonctionnaires est un mauvais procès.

Cependant, il nous faut agir pour développer une meilleure gestion des fonds publics, donc des personnels qui représentent globalement 50% des budgets de fonctionnement.

Un des leviers pour y parvenir concerne l’absentéisme.

Selon le courtier en assurance Sofaxis qui vient de publier son Panorama des absences pour raison de santé dans les collectivités en 2015, les collectivités territoriales ont enregistré en moyenne 72 arrêts pour 100 agents employés, et 44 % des agents ont été absents au moins une fois dans l’année. Malgré les efforts des élus et des services municipaux pour tenter de juguler ce phénomène, le taux d’absentéisme ne cesse de s’aggraver.

« Cette progression est principalement due à la croissance des arrêts pour maladie ordinaire » précise Pierre Souchon, directeur du Département Ingénierie services de Sofaxis.

L’effet jour de carence

maladie-3La suppression du jour de carence au 1er janvier 2014 par le gouvernement PS continue à produire ses effets : les absences courtes progressent encore par rapport à 2014, et plus d’agents sont absents au moins une fois dans l’année (voir graphique ci-contre).

« Avec l’instauration du jour de carence, on était passé de 70 arrêts à 60 arrêts, tous risques confondus. Avec sa suppression, nous sommes repassés à 72 jours », résume Pierre Souchon.

Cette étude montre bien l’intérêt de rétablir la journée de carence dans la fonction publique… et pourquoi ne pas mettre à égalité l’ensemble des salariés, secteurs privé et public confondus.

Face à la maladie, rien ne justifie un traitement différencié.

Par ailleurs, ce bilan confirme que le taux d’absentéisme varie beaucoup selon la taille de la collectivité.

maladie7Ainsi, il y a deux fois plus d’absentéisme dans les collectivités ayant entre 21 à 30 agents que dans celles ayant 1 ou 2 agents. Ceci est principalement dû, dans ces petites structures, à un encadrement de proximité plus facile et à une concertation plus aisée entre tous les acteurs municipaux.

L’absentéisme dans les collectivités est un sujet important qu’il convient d’aborder avec prudence et humanité, mais aussi avec une ferme détermination en se fixant des objectifs ambitieux.


Source : http://www.lagazettedescommunes.com/


 

Répondre à Anonyme Annuler la réponse